Latino-Docs est un festival de films documentaires sur l’Amérique latine et les Caraïbes, organisé par les comités toulousains de France Amérique Latine et France Cuba. Il se tiendra à Toulouse du 18 au 23 novembre 2020.

Depuis 2009, à travers une série de films documentaires actuels, engagés et souvent inédits en France, le festival Latino-Docs s’attache à donner une voix et une visibilité aux différentes luttes politiques, économiques, sociales, indigènes, féministes et environnementales des pays d’Amérique latine et des Caraïbes.

Au fil des éditions, le festival s’est fait une place dans l’agenda du mois de novembre des toulousain.e.s et a réussi à sensibiliser toujours plus de participants à des thématiques parfois peu connues en France mais dont les enjeux sont souvent communs aux deux continents. Dans le contexte actuel de restrictions, le festival se recentre sur l’essentiel : les projections-débats dans des cinémas, qui sont seuls autorisés aujourd’hui à recevoir du public. Une place est également faite cette année au documentaire sonore.

Pour sa douzième édition, Colonialvirus, les films présentés cherchent à mettre en perspective la crise structurelle du capitalisme dans laquelle s’inscrit le scénario sanitaire actuel ; crise qui révèle les violences et les défaillances de gouvernements de plus en plus militarisés, inégalitaires et autoritaires. En effet, les circonstances ont mis en évidence la vulnérabilité des populations et des systèmes de santé de certains pays, sous la pression de politiques néolibérales. Latino Docs souhaite donc explorer les réponses communautaires et les formes d’aide mutuelle qui se constituent ou se consolident, participant à la création d’une série de réseaux de solidarité par quartiers, par secteur territoriaux, ou à plus grande échelle, à travers lesquels s’organise l’économie populaire et solidaire.

Face aux logiques de dominations héritées du colonialisme, il s’agira ainsi de porter un regard sur les révoltes populaires ainsi que les mobilisations collectives féministes et militantes des peuples originaires, paysans, afro-descendants qui proposent des pistes pour une alternative politique, une rupture donnant sa chance à un autre monde. Au delà des questions sanitaires, l’édition de cette année s’ouvrira vers d’autres sujets d’actualité :  la lutte contre la censure et la corruption, l’héritage politique des enfants d’exilé.e.s et le pouvoir des pratiques artistiques.

Chaque projection sera suivie d’une discussion-débat avec le(s) réalisateur.trice(s) ou des spécialistes de la thématique abordée, permettant de créer du lien entre des luttes souvent communes, à différentes échelles, et d’identifier de nouvelles alternatives.  Les discussions seront enregistrées et diffusées pour permettre à toutes et tous de suivre et rejoindre les débats, qui représentent des moments forts d’échanges avec des acteurs locaux et latino-américains engagés